Journée sans ballon : les élèves ont voté

Les élèves de CM1 et CM2 ont voté pour savoir si il devait y avoir une journée sans ballon dans la cour de l’école des Gantelles

En novembre, la question a d’abord été posée dans une classe de CM1 lors d’un débat. Les enseignants ont finalement décider d’interroger tous les élèves. 134 élèves de 7 classes ont participé au vote. Ils devaient choisir entre plusieurs options :

  • Une journée sans ballon le mardi
  • Les ballons sur le terrain de basket et de foot uniquement
  • Les ballons partout sauf sur une cour

75 élèves ont choisi la troisième solution, 40 élèves la deuxième et seulement 19 élèves ont voté pour la journée sans ballon. Ce vote n’a été majoritaire que dans une seule classe. La troisième option a remporté la majorité des suffrages.

UN VOTE A L’ÉCOLE

La question s’est posée car il y avait quelques plaintes sur la place du ballon dans la cour.

Les enseignants ont préféré alors consulter les élèves. C’était un exercice afin de savoir s’ils étaient capables de prendre une décision. Les élèves ont trouvé que c’était une bonne idée. Certains craignaient que le journée sans ballons l’emporte.

Dans la classe de Mme Sélino, on a demandé aux élèves de justifier leur choix. Sofia pensait qu’une journée sans ballon serait ennuyeuse. « J’ai voté pour le ballon partout car j’aime jouer à la tournante » explique Léna. C’est un jeu très apprécié par les élèves de CM2.

UN JEU A LA MODE

Depuis quelques semaines, la « tournante » est un jeu pratiqué par presque tous les élèves de cours moyen. Tout le monde peut participer et les joueurs peuvent être très nombreux. Il se pratique sur une table de ping-pong avec un ballon de basket. Les règles sont :

  • Les joueurs sont en mouvement et tournent autour de la table après avoir renvoyé le ballon.
  • Chaque joueur doit renvoyer le ballon avec la main dans le camp de l’adversaire. On n’a pas le droit de porter le ballon. Il doit être immédiatement lancé.
  • Au service, il faut faire rebondir le ballon dans son camp et dans celui de l’adversaire.
  • Un joueur peut être éliminé si le ballon ne rebondit pas sur la table, si il touche deux fois le ballon et s’il ne relance pas le ballon.

C’est un mélange de ping-pong, de tennis et de basket-ball. Le jeu est pratiqué dans plusieurs écoles de la ville.

Une journée à l’école des Gantelles

Le travail, la récré, les activités… Tout ça se déroule en une journée parfaite et en photos. Un reportage de la classe de CM2 de Mme Sélino.

Les élèves de l’école arrivent à 8h35. les cours commencent à 8h45. En attendant, ils parlent entre eux dans la cour. Les CP, CE1 et CE2 sont sous le préau. Les CM1 et CM2 sont sur les plateaux. Ils ne peuvent plus se mélanger à cause du COVID.

Les élèves de la classe de CM2 de Madame Sélino commencent à travailler. Le mardi, il y a des maths, du français, de la lecture, de la géographie et de l’anglais.

Dans la cour de l’école, on peut jouer à Pacman grâce aux dessins sur le sol. Pacman a été inventé en 1980. Il a été lancé dans un jeu vidéo et en 1983 dans un dessin animé. A l’école des Gantelles, on y joue encore en 2021.

« Silence, on lit » est un petit temps de lecture qui dure 15 minutes et qui a lieu environ une fois par semaine. Le concept est très simple : on prend un livre, on va à sa place et on lit en silence pendant 15 minutes.

La cantine de l’école élémentaire des Gantelles après le passage des élèves

Voici l’endroit de la cantine où les plats des élèves sont préparés.

Le temps calme a lieu tous les jours et dure 10 minutes. Les élèves peuvent prendre des livres. Il y a des mangas, des romans, des BD, etc… On peut aussi jouer avec toute sorte de jeux de société.

Les élèves de Madame Sélino sont en cours d’arts visuels. Ici, il s’agissait de dessiner à partir de photos en noir et blanc. C’est une nouvelle matière que les élèves aiment beaucoup. Il y a aussi évidemment des cours de sciences, de français, d’anglais et de sport….

Dans la classe, il n’y a pas de casiers. Mais il y a un meuble exprès pour ramasser nos cahiers. Deux élèves sont désignés pour les ranger tous les soirs vers 16h. A la fin des cours tous le monde rentre à la maison.

Et le lendemain, ça recommence !

P’tit Bol d’air en automne

Nicole et Annick du Collectif jardin, accompagnées de Annick et Françoise du groupe Bien être Seniors du Centre socioculturel Les Longs Près, ont rencontré Patrick Marquet responsable des espaces verts municipaux du quartier : pelouses, arbres, jeux… Il a accepté de répondre à leurs questions sur les travaux de jardinage à réaliser en automne. Interview.

Quand l’automne arrive, doit-on protéger certains arbustes ?
A l’approche de l’hiver, il est conseillé de pailler ou de mettre un voilage sur
certaines plantes qu’on ne peut rentrer chez soi. Pour les plantes gélives
(sensibles au gel), il conseille de mettre un voilage en veillant à ce que le voile ne touche pas les branches et les feuilles.

Par ailleurs, conseillez-vous la taille des arbres et arbustes ?
Oui, je conseille la taille. Aux Longs Prés, nous intervenons seulement pour les arbustes commencent à perdre leurs feuilles, car c’est le moment où il arrive en période de repos. Quant aux arbres fruitiers et ceux à pépins, ils se taillent en janvier-février et ceux à noyaux après leur fructification. La vigne, elle, se taille aussi en janvier-février. Donc il n’y a rien à faire maintenant pour les arbres fruitiers. Quant aux arbres, la taille n’est pas faite par nous mais par des élagueurs qui interviennent en hauteur avec du matériel spécifique.
.
A propos des feuilles que vous venez d’évoquer, comment les gérez-vous ?
Parmi les travaux prioritaires en autonome, celui du ramassage des feuilles est
important. La ville ne ramasse plus les feuilles, mais passe la tondeuse. Ainsi, les
feuilles sont broyées pour faire un apport d’humus au sol ou dans un compost.

Justement, comment peut-on alimenter ce compost ?
On peut faire du compost de feuilles mais aussi y mettre un peu de tonte d’herbes,
diverses épluchures, des paillis, des brindilles et du broyat, des rouleaux d’essuie-tout, du carton, du papier… Mais attention avec ce dernier : une partie, comme les revues, se dégrade mal.

En automne, doit-on apporter un soin particulier à la pelouse ?
On peut protéger le sol en y mettant des cartons qui se dégraderont. En dessous, il se développera une petite faune. Mais pour votre verger, où notre service intervient pour la tonte de la pelouse, il y a une sorte de microclimat avec une jeune pelouse. Elle pousse un peu, mais en hiver c’est le repos. Durant cette période, il suffira d’enlever les feuilles tombées pour ne pas l’étouffer. Je recommande de procéder à une dernière tonte juste avant l’arrivée du froid.

Avez-vous des méthodes pour éliminer les mauvaises herbes ?
La meilleure méthode est naturelle : les arracher à la main ! A la limite, on peut
utiliser de l’eau chaude. Sur les dalles, on peut mettre du vinaigre blanc ou de
l’eau chaude. Pour ce qui concerne les espaces verts de la ville, nous n’utilisons plus du tout de produits chimiques.

Et que peut-on faire contre les parasites ?
A cette période, le frelon asiatique va hiverner. On pourra donc traiter les nids.
Il y a peu de parasites en hiver, la nature fait bien les choses.

Dans notre verger des Longs Prés, nous avons des jardinières en bois du jardin. Comment les entretenir ?
Il est important de faire un ponçage pour enlever l’ancienne peinture et avoir
un bois lisse. Ce qui permettra une meilleure adhérence pour la peinture.

Peut-on faire des plantations en automne ?
C’est effectivement la bonne période. Et vous avez jusqu’à fin mars pour planter les arbustes, les fruitiers, les rosiers, les vivaces… Ainsi la plante commence à s’implanter sans trop d’entretien. Et selon le dicton « A la Sainte-Catherine tout bois prend racine ».

Quel dernier conseil pouvez-vous nous donner ?
L’hiver est une période de repos. Il est important de respecter les saisons et
déjà de prévoir l’arrivée du printemps.

Balades près de chez vous : suivez les Explorateurs du Monde

Depuis mars 2020, et l’arrivée de la pandémie de la COVID-19, nos vies sont bouleversées. Notre espace de balades s’est singulièrement réduit. Une occasion de découvrir le quartier La Bellangerais Maurepas sous un autre regard.

Ils s’appellent Salvina, Sandra, Camélia, Madiba, Emrihan, Carine, Rihanna, Mercène, Yanis, Azir, Océane, Raveen, Nassima, Assnae, Suillvan, Anaïs, Naya, Aliya, Naimar, Bakasso, Abdoulkadri, Louis, Hamza, Thanina, Fazlati… Du fait des restrictions sanitaires, les enfants et les jeunes du GRPAS (Groupe Rennais de pédagogie et d’animations sociale) ont arpenté et découvert le quartier Maurepas La Bellangerais avec un nouveau regard. En effet, habitués à explorer la ville et ses alentours avec les pédagogues de l’association,  cette nouvelle contrainte restreignant les sorties à une heure dans un périmètre d’1km a fait germer l’idée d’explorations inédites courant décembre 2020 : les balad’heures. De cette contrainte est née la découverte de mille et une curiosité à deux pas de chez eux, de chez vous. A coup sûr, vous aussi vous ne les connaissez pas toutes.

Une carte de 6 balades à tester et partager

Pour vous accompagner dans vos sorties d’un rayon de 1 km, ils ont rassemblées leurs balades et ce qu’ils sont découverts , dans une carte. Ils ont imaginé des parcours faciles et ludiques d’une durée d’une heure, l’autre contrainte forte imposée lors du premier confinement. Toutes commencent au pied du Pôle associatif de la Marbaubais (32 rue de la Marbaudais), où se trouve notamment la Bibliothèque Maurepas, le Secours populaire ou encore salle de boxe, par exemple.

Carte de 6 balad’heures près de vous, dessinée par Diane Rabreau, ancienne pédagogue au GRPAS

Des podcasts pour vous voyager près de chez vous

Avant mars 2020, chaque mercredi et chaque samedi, par groupes de trois ou quatre, ils avaient pris l’habitude d’aller à la rencontre de lieux et de personnes en proximité ou plus lointaines en vélo, bus, métro… C’était l’assurance de s’ouvrir à des lieux fréquentés pour le loisirs et la culture mais aussi aux activités professionnelles, bénévoles, militantes de tout type. Même si le champ des possibles s’est réduit, temporairement, les jeunes ont eu à cœur de partager leurs sorties.

Après la confection de la carte, ils sont enregistrées des podcasts. Pour chaque balade, plongez avec eux dans leurs conversations, leurs imaginations, leurs étonnements, leurs questionnements et leurs savoirs. Nous les avons rassemblées sur cette page, mais vous pouvez les écouter depuis les plateformes Deezer ou Spotify.

Le skate-park de Maurepas pendant la crise de la COVID-19

A l’occasion d’un atelier d’écriture journalistique avec l’association Entraide et Espoir Scolaires, six jeunes de 12 à 16 ans se sont rendus au Parc de Maurepas. Focus en images sur l’utilisation du Skate-park en pleine période COVID-19 et de couvre-feu.

Des enfants jouent sur le skate-park de Maurepas quelques minutes avant sa fermeture et le couvre-feu de 18h.

Un enfant fait de la trottinette

Un dimanche après-midi d’hiver au skate-park de Maurepas

Depuis juillet 2020, le Parc de Maurepas dispose d’une nouvelle fontaine

Rénovation urbaine : le regard des adolescents

A l’occasion d’un atelier d’écriture journalistique avec l’association Entraide et Espoir Scolaires, six jeunes de 12 à 16 ans ont parcouru Maurepas. Ils ont photographié les travaux de rénovation urbaine. Leur regard en cinq photos.

Désossage et réaménagement des 15 étages de la Tour 5


Achèvement des travaux de la nouvelle station du Métro B « Gros Chêne »


Vue sur la Tour 7 en cours de rénovation


Construction d’une nouvelle zone résidentielle aux abords du Parc de Maurepas

Rénovation urbaine : le regard des enfants du quartier

A l’occasion d’un atelier d’écriture journalistique, une dizaine d’enfants de 6 à 10 ans ont parcouru le quartier Gros Chêne. Armés d’appareils photos, ils ont immortalisé les travaux en cours qui les marquent le plus. Leur regard en huit images.

Les travaux en cours de réalisation

Les ouvriers préparent l’ouverture de la nouvelle station « Gros Chêne » de la ligne B du métro
On voit beaucoup d’engins de chantier
Des immeubles sont entrain d’être rénovés…
et des tours aussi.

Visite guidée de Gros Chêne

Dans le quartier de Maurepas, on voit des oeuvres d’art.
Il y a aussi un immeuble en forme de banane. Ici, a vécu Clotilde Vautier.
Il y a plusieurs tours dans le quartier.
Les tours sont très grandes, il y a 15 étages et beaucoup d’habitants.